www.sante-vivante.fr
Accueil Blog Santé L’auteur Concepts Dossiers Newsletter Ressources Activités Contact

Les Thérapies

Selon le concept holosystémique de la santé et de la maladie :

Un soin ou une thérapie se comporte comme un facteur morbide, mais dans le sens inverse, c’est-à-dire capable de restaurer la santé à partir d’un état malade. Les effets d’un soin sont variables. Celui peut être inefficace, conduire à la guérison ou à l’aggravation. Comme lors de la genèse d’une maladie où il y a a conjonction de plusieurs facteurs morbides, c’est souvent l’association synergique de plusieurs techniques de soins qui permet la guérison.

La guérison est un changement d’état. Comme le passage de la santé à la maladie, elle correspond à un véritable basculement vers une nouvelle organisation générale, pour s’adapter une nouvelle fois aux conditions qui ont changé. Le sujet guéri n’est plus le même que le sujet malade, ni le même que ce qu’il était avant sa maladie. On parle de guérison dès lors qu’il y a transformation et mise en place d’une organisation interne stable, différente de celle qui caractérisait la maladie.

Une seule médecine et de nombreuses approches thérapeutiques

Dans l’histoire de l’humanité, la médecine est toujours le reflet de la croyance dominante des peuples qui la pratiquent. Dans les sociétés animistes, elle est chamanique, c’est-à-dire faisant intervenir les forces de l’environnement. Dans les sociétés spiritualistes, notamment orientale, elle est énergétique, faisant intervenir les dimensions subtiles de l’être humain. Dans les sociétés matérialistes, elle est centrée sur le corps.

Aujourd’hui en occident, la médecine du corps, officialisée par la Science Académique et le pouvoir politique, est le cadre conventionnel. Les problèmes psychiques sont traités à part, dans le cadre de la psychologie et de la psychiatrie. Des approches alternatives, inspirées des traditions, des aspects énergétiques de la santé et de développement récents de la recherche dissidente, se développent en parallèle. Il en résulte un système de soin complexe dans lequel se côtoient des approches variées qui peinent à se rencontrer vraiment.


Pour nous y retrouver, nous allons distinguer six familles principales de thérapies : la médecine conventionnelle, la médecine de terrain, les thérapies manuelles, les thérapies énergétiques, les psychothérapies et les approches psychosomatiques.

1. La médecine conventionnelle, résolument anti-symptomatique
Dans la continuité de la Grèce antique et du moyen âge européen, la médecine occidentale actuelle a développé une approche du corps qui s’est pleinement épanouie avec le développement de la science. En perfectionnant une connaissance anatomique, physiologique et pathologique de l’organisme humain, cette médecine est devenue une science hautement spécialisée. Elle s’appuie sur les savoirs étendus de la chimie et de la biologie. Elle utilise les potentiels des nombreuses avancées technologiques, notamment dans le domaine de la physique appliquée capable de concevoir des appareils d’analyse et de soin ultrasophistiqués.
Son fondement est résolument matérialiste. Son modèle est celui l’organisme-machine, vu comme un système mécanique dont on peut réparer les structures, voire changer les pièces. Elle considère avant tout les pathologies organiques, celles qui se manifestent par des altérations de la structure corporelle observables ou analysables. Elle s’appuie sur les statistiques pour connaître les pathologies et l’expérience scientifique pour valider ses traitements.
Sa démarche est avant tout anti-symptomatique : elle cherche en toute circonstance à éliminer ou atténuer des manifestations organiques qu’elle considère comme néfaste. Elle a obtenu des succès considérables face aux problèmes de santé les plus aigus (maladies infectieuses, accidents, douleurs aiguës…). Elle se heurte à trois difficultés majeures : son coût de plus en plus élevé, les effets néfastes de ses traitements et ses échecs face aux troubles chroniques.

2. La médecine de terrain
La médecine de terrain est également centrée sur corps. Elle ne s’intéresse pas aux symptômes eux-mêmes, mais au terrain sur lequel les symptômes peuvent s’installer.
On y retrouve diverses approches : la naturopathie, la médecine fonctionnelle, l’homéopathie (qui est aussi une thérapie énergétique !), l’oligothérapie… Pour chacune d’entre elles, le terrain est considéré sous un angle particulier. Chaque approche définit une cartographie des différents terrains et les solutions capables de les corriger. Il n’y a pas de corrélations entre ces cartographies.

3. Les thérapies manuelles
Les thérapies manuelles utilisent le corps comme porte d’entrée. Les soins qu’elles proposent agissent sur le corps avec les mains, soit de manière mécanique par le toucher, soit de manière vibratoire. Dans le second cas, il s’agit avant tout de thérapies énergétiques. Pour plus de clarté, il est préférable de restreindre les thérapies manuelles aux soins apportés par l’action mécanique des mains.
On y retrouve la masso-kinésithérapie qui est dans le cadre conventionnel, le massage et les manipulations vertébrales.

4. Les thérapies énergétiques
Les thérapies énergétiques sont une autre approche centrée sur le corps, avec une particularité notable : elles n’agissent pas sur le corps moléculaire, c’est-à-dire le niveau biochimique que nous pouvons observer, mais sur le corps énergétique, invisible, constitué de matière plus subtile, vibratoire, liée à des phénomènes électriques et électromagnétiques.
La médecine conventionnelle qui ne reconnaît pas le niveau vibratoire de l’organisme ne reconnaît pas non plus la validité des soins énergétiques. Ceux-ci sont issus de pratiques traditionnelles ou de recherches dissidentes.
On y retrouve l’homéopathie, la MTC (Médecine traditionnelle chinoise), la médecine ayurvédique, le magnétisme, certaines formes de l’ostéopathie, des pratiques utilisant des supports variés (couleur, cristaux, sons…), les médecines dites "quantiques" qui utilisent des appareils régulateurs ou générateurs d’ondes électromagnétiques biocompatibles.

5. Les thérapies du psychisme
Toutes les approches présentées précédemment utilisent le corps physique comme porte d’entrée et comme objectif du soin. Les thérapies du psychisme ouvrent un tout autre monde, puisque leur objectif est de nature différente : avant tout le bien être personnel et la capacité à avoir des relations moins conflictuelles avec l’entourage.
Il y a en fait deux approches radicalement différentes : la psychiatrie qui agit sur le psychisme à travers le cerveau et la psychothérapie qui agit directement sur le contenu psychique. Au-delà de la psychanalyse qui est uniquement verbale et centrée sur le mental, il existe de nombreuses formes de psychothérapies plus globales et utilisant des outils variés.

6. Les approches psychosomatiques
L’approche psychosomatique de la santé est née dans le courant psychanalytique. Cette approche globale de la maladie qui cherche une cause psychique s’est développée en marge car elle a toujours été rejetée par la médecine conventionnelle.
Elle a connu récemment un développement important avec une approche différente de celle dérivée de la psychanalyse : la théorie de Hamer et ses variantes couramment appelées "décodage biologique".

La démarche thérapeutique mise en avant par la Santé Vivante préconise l’association de plusieurs approches différentes et complémentaires dans une stratégie cohérente. C’est ainsi que l’on met en œuvre les conditions optimales du changement vers un processus de guérison.

2009 © Jacques Benjamin Boislève | Mentions Légales
Infographie réalisée par Stuki-San